Qui sommes-nous ?

Présentation du cabinet

Au sein de ce cabinet nous vous proposons une prise en charge pensée à deux et qui se veut intégrative. C’est à dire que pour travailler nous prenons appui sur différents courants de pensées (psychanalyse, neurosciences, systémie, cognitivo-comportemental, etc.) et donc sur différents outils, pour être les plus à même de répondre à vos besoins. Bien que nous consultions séparément, nous nous inscrivons dans un travail de collaboration et de complémentarité. En ce sens, avec votre accord nous pouvons réfléchir ensemble aux problématiques rencontrées. Cette mise en commun nous permet d’avoir un double regard sur votre situation et nous permet ainsi de vous apporter la meilleure aide possible. Dans cette lignée il est possible de nous remplacer. Toujours avec votre accord, si nous pensons qu’il serait plus pertinent de travailler une problématique avec l’autre thérapeute, nous pouvons vous le proposer. De la même façon, si vous vous sentez plus à l’aise de traiter une de vos problématiques avec l’autre thérapeute, vous pouvez en faire la demande.

Notre prise en charge thérapeutique se veut collaborative, transparente et adaptée aux besoins de chacun et dont le patient est véritablement au coeur. Elle s’appuie pour cela, entre autre sur le code de déontologie des psychologues qui correspond à un code moral professionnel à respecter. Nous travaillerons donc ensemble à trouver les meilleurs outils pour vous. Votre feedback sera toujours le bienvenu, et votre accord essentiel, afin que vous vous sentiez toujours à l’aise dans cet espace qui vous est reservé. Pour préserver cet espace, tout ce qui y sera dit sera confidentiel, et les notes qui pourront êtes prises seront quant à elles anonymisées.

Par ailleurs, à la fin de chaque consultation effectuée avec l’un de nous, une facture vous est remise. Ces factures pourront vous permettre d’être remboursés si votre mutuelle le permet.

Céline R. Calvo – Psychologue

Je suis psychologue clinicienne diplômée de l’École de Psychologues Praticiens (EPP) de Paris en 2015, avec une spécialisation dans la prise en charge du psychotraumatisme et des personnes ayant été victimes de violences (psychologique, physique, conjugale, sexuelle).

Après mes études en France, j’ai décidé de continuer à me former au Canada (Québec), où j’ai continué à découvrir la criminologie et la victimologie mais cette fois dans une approche nord-américaine. Durant mes 4 années là bas j’ai ainsi pu découvrir et apprendre d’autres approches théoriques, d’autres outils mais également d’autres méthodes de travail, qui enrichissent aujourd’hui ma pratique.

En plus de cette formation, j’ai entrepris une analyse de 7 ans pour pouvoir assoir mes savoirs théoriques sur un vrai travail de connaissance de soi.

Le lancement d’une activité libérale fait suite à plusieurs années de réflexion sur ma façon d’exercer. J’ai travaillé dans plusieurs institutions dysfonctionnelles, maltraitantes, rigides dans leur façon d’exercer et où parfois l’éthique faisait défaut.

Ces différentes expériences m’ont permis de construire petit à petit ma propre pratique, une pratique reflétant mes valeurs, où la bienveillance, la transparence, l’honnêteté et l’éthique sont les maîtres mots.

Exercer en libéral était la solution pour mettre en place et développer cette pratique, sans être assujettie aux rigidités et hiérarchies institutionnelles. La souplesse offerte par le libéral me permet ainsi d’organiser le suivi de mes patients comme je le souhaite, de façon à répondre au mieux à leurs demandes. 

Samir Ben Salem – Psychanalyste

En parallèle d’un premier parcours d’études où j’ai obtenu un master 2 en droit comparé et politique internationale à l’université d’Auvergne, et en effectuant ma 5e année à l’Université du Québec à Montréal, j’ai entrepris une analyse de plus de 10 ans dans une démarche de connaissance de soi.

Dans ce travail d’analyse j’ai cherché tous les outils que pouvaient offrir les sciences humaines dans la connaissance de soi au-delà du seul domaine psy et par-dessus les guerres de chapelle idéologique. La sociologie, l’anthropologie, la philosophie, les traditions…

Cette vue élargie en plus du propre travail sur moi-même m’a amené de fil en aiguille à accompagner des individus en rupture avec eux-mêmes et m’a convaincu de quitter mon premier parcours pour devenir psychanalyste. J’ai suivi des victimes de violences sexuelles sur des années et animé des groupes de parole en ce sens dans le cadre associatif. J’ai quitté cette première association avec d’autres membres suite à des considérations éthiques sur la gestion de cette dernière.

Nous avons reformé deux associations, Ré Équi’Libre et Amnésie Traumatique France dont je suis vice-président au côté de Natacha Bras qui en est la présidente. Nous proposons, sur l’île de Ré, des séjours d’équithérapie pour les victimes de violences sexuelles. N’hésitez pas à aller visiter le site si cela vous intéresse ou pourrait intéresser vos proches.

J’ai participé à l’ouvrage « Amnésie traumatique – Des vies de l’ombre à la lumière » – Témoignages de victimes de violences sexuelles et décryptage de l’amnésie traumatique. Conçu sous la direction d’Hélène Romano, Docteur en psychologie, Habilité à dirigé des recherches et psychothérapeute et Natacha Bras présidente de nos associations. J’ai rédigé la partie « De la démolition identitaire à la reconquête de sa narration ».

Je précise que je ne m’inscris dans aucune société psychanalytique organisée pour plusieurs raisons, notamment ; elles colportent des idéologies complètement dépassées et même néfastes (la théorie des fantasmes de Freud), souffrent d’une grande inertie à intégrer les derniers savoirs et ne tolèrent pas une certaine critique. Je préfère travailler avec les gens que j’ai choisi, loin des lourdeurs institutionnelles et dont j’estime le savoir-faire et l’humanité comme la psychologue Céline R. Calvo et la présidente d’association Natacha Bras.